16 octobre 2008

L'Amour Impossible


L'Amour Impossible



L’amour impossible
Est- il un fardeau pour le cœur ?
M’a-t-elle demandé ?
J’étais préoccupé par tous ce qui apparaît de son corps, et de ce qui n’apparaît pas…
Occupé des rondeurs de ses seins enflammés,
Occupé d’elle, et d’elle seule,
Je ne lui ai pas répondu.

.
..
.
Envahi par « Un petit somme... »
Nous sommes devenus « Un »
« Un seul lit…… »
Je m'élève, vers son arc en ciel….
Moi, son enfant….
Je suis le « truc » impossible…
.
.
.

Puis je suis devenu air,…
Et je me suis faufilé en elle,…
Ses cheveux, nuit, en cascade sur son sein,
Son sein qui allaite les poètes du lait des prédictions…
Et des berceuses de l’absence…
Tout en se préparant à la mort !

Épuisés des guerres et des souffrances
Je cherche, parmi les femmes,
Une dame qui ressemble a mes poèmes…
Une femme qui met ma virilité en flamme
Et qui me fait sentir
Que je suis le plus beau des « salauds » !

.
..
À chaque fois que j’essaie décrire un poème
Je te vois, à poil devant moi !!
À chaque fois
.
.
.
À chaque fois
.
.

Je pose la plaie de Bagdad
Je pose ma plaie
Je pose…
Et,
Je me perds
.
.
.
. À chaque fois
.
..
Que je suis plié par la douleur,
Je marche avec l’obscurité
À Bagdad et je souris aux femmes,
Qui ont arraché leurs seins
Pour les vendre au souk des esclaves

Oh toi, Bagdad ma plaie,
Quand te soulèveras tu, que je puisse t’offrir un châle en soie brodée des larmes d’orphelins …
.
..
Mais le salaud qui me hante
Et plus attiré par les couleurs de tes cerises…
Que par les larmes de Bagdad.
Je me calme…
Et je
Reviens
Sur
Bagdad
.
..
Toi Bagdad mon hémorragie,
Mon sang…
Alors que je suis tel un aveugle dans une chambre carrée,
Je cherche une seule raison qui fait de toi Bagdad, Mon assassin
Et je cherche une autre raison
Qui fait que tu ne sois plus.
.
..
Sommes-nous enlacés de la mort ?!
A-t-on bu trop de café sur les tombes de nos morts ?
Oh Bagdad,
Assassinée a maintes reprise par ce qui était en nous.
On a volé très haut dans les cieux des martyres…
.
..
Un autre matin s’enflammera,
Un autre matin viendra,
Il ouvrira mes yeux,
Et je ne mourais pas !!
.
.
Qui a dit que je n’ai pas apprécié l’idée de mourir à Bagdad … ?!!
Je voulais seulement une raison pour la tuerie…
Une seule raison,
Et une mort, élégante,
Sans que mes épaves s’envolent,
En mille morceaux, écrasés par les voitures filantes…
Qu’adviendrait-il de mon sein arrondi,
S’il était ramassé par un enfant qui ne le valoriserait même pas
Où s’il est bouffé par un chat !!??
Oh Bagdad,
Je ne veux rien qu’une mort élégante!


Texte de Roshdie Bourne©


Traduit par Laila Nassimi

Posté par Roshdie à 12:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur L'Amour Impossible

Nouveau commentaire